Keena est une petite chienne de race Carlin qui a tout près de 5 ans. Sa race importe peu puisqu’elle pourrait être un Caniche Royal, un Rottweiler ou un Yorkshire Terrier et vous pourriez lire la même histoire.

Notre mâle, Gumby, avait 2 ans lorsque nous avons pris la décision d’aller lui chercher une nouvelle compagne de vie et ainsi d’ajouter un nouveau membre à notre groupe familial. Gumby était (et est toujours!) un chien stable, équilibré et d’une excellente nature. Bref, un chien facile à vivre.

À ce moment, nous croyions naïvement que c’était typique de la race, que tous les Carlins étaient ainsi. Alors, quoi de plus normal que d’aller en chercher un autre, mais une femelle cette fois-ci, pour avoir le couple, pour le plaisir, sans plus.

Et c’est ainsi qu’à travers une petite annonce parue sur le web, nous avons acquis Keena qui avait le même âge que Gumby, à 1 mois près. Ses anciens maîtres, nouvellement retraités, n’avaient plus de temps pour elle, ils voulaient voyager.

Il nous avait semblé un peu bizarre, lorsque nous sommes allés la chercher, qu’elle ne possède pas de laisse, mais bon, ils disaient qu’ils n’en avaient jamais eu besoin. On nous a aussi dit qu’elle mangeait très peu et qu’on avait toujours besoin de lui pousser sa nourriture sur le bord de son bol, afin qu’elle mange. Re-bon…

Une fois à la maison, malgré le fait qu’elle tournait beaucoup sur elle-même lorsqu’elle était angoissée ou excitée, que manifestement elle n’avait jamais marché en laisse, qu’elle était apeurée dès qu’elle voyait une poubelle, un truc inhabituel sur le trottoir ou des enfants jouer dans la rue, tout se passait relativement bien. La vétérinaire rencontrée lors de l’examen initial pour la mise à jour de ses vaccins ne nous avait-elle pas dit que nous avions vraiment de la chance d’être tombées sur une si bonne petite chienne de « seconde main »?

Nous avons rapidement fait le constat que si Keena mangeait si peu, c’est qu’elle était effrayée par son collier frappant son bol d’aluminium. Le retrait du collier dans la maison et l’usage d’un autre type de bol a rapidement réglé ce fait et elle est devenue aussitôt une vraie gloutonne!

L’entente entre les 2 chiens était très bonne. Nous les avons laissés établir leurs règles et aucun problème n’est survenu de ce côté.

Par contre, très vite Keena a commencé à nous démontrer qu’elle n’était pas très heureuse d’aller marcher et il fallait toujours la convaincre de sortir. Dès qu’elle voyait la laisse et le collier, elle devenait réticente et demeurait en retrait. Durant ces marches quotidiennes, elle s’est mise à japper de plus en plus agressivement envers les vélos et les autres chiens que nous croisions sur notre route. Et elle était tellement heureuse de revenir à la maison, qu’il était difficile de la retenir de courir vers l’entrée quand nous approchions de notre résidence. Et plus ça allait et plus ça s’accentuait. Les marches devenaient moins agréables.

À la maison, son comportement était aussi devenu différent de celui qu’elle avait les premières semaines. Elle était toujours affectueuse et obéissante, mais lorsque nous tentions de la redescendre du lit à son panier le soir lorsque c’était le temps du dodo, elle grognait, mais sans tenter de mordre. Toute recroquevillée, elle semblait vouloir s’accrocher au lit. De plus, elle se léchait beaucoup les pattes de devant et s’est aussi mise à perdre son poil intensément, jusqu’à ne plus avoir de poils sur le poitrail et les flans. Pour contrer sa perte de poil, nous avons fait certains changements au niveau de sa nourriture et effectué les vérifications médicales nécessaires et la situation s’est quelque peu améliorée de ce côté. Mais, pas le reste des comportements.

Nous avons donc décidé d’aller chercher de l’aide et avons consulté un éducateur canin. Celui-ci a conclu que notre chienne de 2 ans avait besoin de renforcer son éducation. Selon lui, un bon cours d’obéissance au milieu d’autres chiens lui ferait le plus grand bien. Selon ses dires, nous n’étions probablement pas assez autoritaires et il fallait aussi la socialiser davantage. Alors, malgré ma réticence, nous avons commencé lesdits cours selon une méthode qui utilisait le renforcement positif (gâteries) et négatif (collier-étrangleur de nylon). Je me suis dit qu’il connaissait les chiens bien mieux que moi, après tout c’était lui le spécialiste!

Keena a réussi son cours d’obéissance avec 96%. Elle était un modèle et n’a jamais démontré la moindre agressivité envers les autres chiens dans cet endroit fermé. Par contre, les signes de peur étaient évidents (oreilles couchées, queue détortillée et entre les jambes, regard fuyant…) Elle détestait aller à ces cours, c’était visible, puisque chaque fois que nous arrivions dans le stationnement de l’endroit, il fallait la forcer à sortir de la voiture et les signes de peur étaient déjà évidents. Et bien sûr, les problèmes d’aboiements agressifs envers les autres chiens lors des marches à l’extérieur ne se sont pas réglés.

J’ai essayé par bien d’autres moyens de régler ce problème. Quotidiennement, je partais avec mes deux chiens et je visitais Café-Canin et parc à chiens avec l’espoir qu’elle finisse par s’habituer. En vain, et même si mon mâle adorait ces sorties, je constatais que Keena, elle, n’était pas heureuse et ne s’habituait pas. Pire, elle semblait terrorisée lorsqu’un gros chien s’approchait d’elle et chaque fois, elle se réfugiait sur ou sous moi, selon la plus rapide opportunité.

Alors, pour elle, pour moi, pour essayer de comprendre ce qui se passait en elle, je me suis un soir mise sur le Net à la recherche d’une formation quelconque en comportement canin. J’avais déjà fait une recherche de ce type quelques années plus tôt, intéressée par la chose, mais sans succès. Ce soir-là, je suis tombée sur le site de l’AIICA (Alliance internationale des intervenants en comportement animal ). La formation, qui s’adressait à tous, utilisait l’approche éthologique et qui dit éthologie dit « l’étude du comportement animal en relation avec son milieu. L’objectif ultime de l’éthologie canine est de répertorier l’ensemble des comportements que possède le chien pour en comprendre les divers mécanismes » . « Comprendre »… c’est tout ce que je désirais, pour moi au départ, pour ma petite chienne mal dans sa peau et au final pour tous les chiens qui présentaient fréquemment des comportements « hors » des normes sociales et qui bien trop souvent se retrouvaient à la SPA ou sous l’aiguille létale parce qu’incompris.

Sans attendre, je me suis inscrite à la formation et aujourd’hui je peux affirmer sans exagérer que ce simple geste a changé ma vie en me permettant la découverte de ce que j’avais toujours cherché. Des réponses, des réflexions intenses et surtout une bien meilleure compréhension de ces bêtes qui partagent ma vie et ma société.

Au gré de ma formation, j’ai pu découvrir que ma petite chienne souffrait du syndrome de privation. Ce trouble du développement, principalement causé par un manque de stimuli rencontré par le chiot lors des périodes sensibles de son développement, est défini ainsi par le vétérinaire comportementaliste Joël Dehasse: « incapacité des chiots qui sont élevés dans un environnement hypostimulant  (…) dû à une insuffisance de stimuli (…) à s’adapter à un environnement riche et complexe. Le chiot privé de ces stimuli pendant cette phase sensible peut développer des troubles psychologiques de type manque d’adaptation au milieu de vie, avec phobies » . Plusieurs facteurs peuvent en être la cause : « influence de la génétique; problèmes durant la gestation et/ou au sevrage et/ou lors du détachement de la mère avec le chiot; environnement pauvre; individu ayant une plus grande difficulté d’adaptation; etc. »

Enfin, je comprenais Keena. Je comprenais que ses comportements étaient légitimes et normaux vu son état et qu’ils étaient la plupart du temps motivés par la peur. J’avoue avoir éprouvé bien des remords pour lui avoir imposé tant de frayeurs inutiles, en tentant de la resocialiser une fois adulte, ce qui, je le sais maintenant, est tout à fait impossible. D’où l’importance de bien connaître les phases sensibles de développement du chiot, afin de lui offrir les meilleures chances de devenir un chien adulte équilibré. Mais, il ne me sert à rien d’avoir ces remords, puisque je sais que c’était simplement mon ignorance et non ma mauvaise volonté qui avait motivé mes actions antérieures.

Aujourd’hui, je sais que Keena sera toujours une petite chienne ayant des limites. Par contre, avec beaucoup de patience et diverses méthodes d’apprentissage nous réussissons maintenant à sortir le collier et la laisse et à voir arriver une petite chienne avec les oreilles et la queue bien hautes, une chienne heureuse d’aller marcher ! Nous pouvons même nous rendre au parc à chiens avec plaisir. Elle ne sera jamais follement heureuse de voir les gros chiens se ruer sur elles, mais elle est maintenant capable de gérer ces situations en utilisant les bons signaux d’apaisement. Elle ressent beaucoup de plaisir à explorer le parc et à humer toutes ces odeurs et ne demeure même plus à mes côtés !
Dans notre société humaine et au profit de différentes idéologies, nous oublions trop souvent que le chien qui partage notre vie est un individu à part entière, avec ses forces et ses limites et qui, malgré son besoin de structure, n’est évidemment pas venu au monde dans le but d’être l’esclave de l’homme et qu’il a, lui aussi, besoin d’être compris.

Keena sera toujours un peu plus vigilante et nerveuse que son compagnon mâle. Elle sera toujours un peu plus dépendante de son milieu et de ses maîtres. Certains de ses comportements pourront être réorientés, afin de l’aider, mais nous ne pourrons jamais la guérir de ce syndrome. En même temps, sa différence fait d’elle l’être spécial qu’elle est. Et cet être spécial, nous sommes heureux qu’il fasse partie de notre vie. Merci Keena, d’avoir la patience qui me permet d’apprendre à respecter tes limites un peu plus chaque jour. Et surtout, merci d’avoir mis ta confiance en nous, tu ne le regretteras pas, c’est promis.

Un commentaire sur « COMPRENDRE POUR MIEUX AIMER – L’HISTOIRE D’UNE PRIVATION (11-09-2011) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s